JOSEPH ROTBLAT, PRIX NOBEL DE LA PAIX 1995

Juin 2009,  Revue MGN, n°2, vol. 24

rotblatUn combattant infatigable pour l’abolition des armes nucléaires
par le Dr A.BEHAR

[L'assemblée générale 2009 de l'AMFPGN ( Marseille) a proposé d'ouvrir une rubrique dans notre revue MGM une rubrique consacrée aux grandes figures de la lutte pour l'élimination des armes nucléaires. Il nous a semblé que le meilleur candidat pour ouvrir cette série d'articles serait sans conteste JOSEPH ROTBLAT, qui nous a quitté il y a peu de temps]  NDLR

Il est très difficile de comprendre les motivations et surtout la persévérance et la ténacité de JOSEPH ROTBLAT , si on ne se penche pas sur les péripéties de sa vie, et surtout sa jeunesse.Il est né à VARSOVIE dans une famille juive de 7 enfants le 4 novembre 1908. Son père est un riche marchand de chevaux, et sa petite enfance est particulièrement paisible et heureuse. Hélas, tout s’arrête avec la guerre de 14/18: Les chevaux sont réquisitionnés par l’armée et la famille plonge dans la misère. C’est comme ouvrier électricien que Joseph va entrer dans la vie active.

rotblat_intro

Par ses propres moyens, il va se lancer dans l’étude de la physique puis soutenir sa thèse de physique nucléaire en 1938. C’est en temps que chercheur qu’il conduit des expériences de fission, avec mesure de l’énergie des neutrons émis. Il est un des premiers à calculer le temps nécessaire pour induire une explosion atomique (de l’ordre de la microseconde). Dès février 1939 il sait comment il est possible de fabriquer une bombe nucléaire de grande puissance.

Il va ensuite rejoindre un temps le laboratoire des Curies à Paris, puis rentrer dans le laboratoire de CHADWICK, prix Nobel de physique pour la découverte du neutron, à Liverpool. Son épouse reste bloquée en Pologne à cause de la deuxième guerre mondiale, et il ne la reverra plus jamais, comme d’autres membres de sa famille au cours de l’occupation allemande.

Ce contexte éclaire d’un jour particulier l’anti-nazisme de Rotblat. Avec Chadwick il n’a qu’une crainte qui tourne à l’obsession: la mise au point par les puissances de l’axe d’une bombe atomique, et le désastre qui s’en suivrait.

Les 2 hommes ne voient qu’une solution, devancer les allemands sur cette voie, et cela explique leur collaboration au projet “Manhattan” dès le début de 1944.rejoignant ainsi, Einstein, Fermi et Oppenheimer. C’est dans ce contexte, que le jeune Joseph va être confronté avec le plus terrible des dilemmes pour un savant:

LA RESPONSABILITE ETHIQUE DES SCIENTIFIQUES DU PROJET MANHATTAN :

Prendre la lourde responsabilité d’ouvrir l’ère nucléaire au travers du projet américain, n’est pas une mince affaire. Ce débat rebondit aujourd’hui devant l’immensité des obstacles opposé au “plan zéro” c’est à dire à l’élimination complète des armes atomiques.
Pourquoi tant de savants éminents se sont acharnés à créer l’arme absolue du génocide? Pour comprendre la démarche de Rotblat il faut tenir compte de 3 faits majeurs:
1- La mise au point d’une arme nucléaire par  l’Allemagne et l’Italie, était plus que vraisemblable. De très grands physiciens atomistes existaient en Allemagne, comme Heisenberg et les meilleurs chimistes de cette spécialité aussi; Les Nazis avaient de plus le plus grand et l’unique stock d’eau lourde, SEUL PROCÉDÉ À L’ÉPOQUE POUR FREINER LES NEUTRONS ET MAITRISER LA FISSION DE L’URANIUM 235. Par chance, pour nous, l’équipe Italienne  était affaiblie par le départ de FERMI, réfugié aux USA, comme Einstein, chassé pour raison raciste. Les bases scientifiques existaient  belles et biens, c’est la volonté politique qui a manqué, et surtout le choix prioritaire pour les missiles (V,V2) immédiatement utilisables.
2- La crainte de Rotblat n’est pas seulement personnelle, elle est absolument partagée par TOUS les scientifiques, Américains ou européens. Il existe une sorte d’émulation dans l’angoisse, et donc une volonté commune de devancer les nazis, d’où leurs pressions sur les politiques, et en particulier sur le président des USA.
3- Tout se passe comme si la question de la responsabilité morale des participants du projet Manhattan, ne se pose qu’à la fin de 1944. A ce stade, tout converge pour dissiper cette crainte. C’est à ce moment, et devant le doute qui s’empare des scientifiques, que se situe le 3ème fait majeur: LESLIE GROVES, informe Chadwick et Rotblat :” que le véritable objectif de la bombe n’est pas la dissuasion de l’Allemagne mais le meilleur moyen de soumettre les soviets”.

C’est alors que Rotblat va prendre, pour des raisons morales, la plus grande décision de sa vie. Il va quitter le projet Manhattan “pour raison de conscience” et il invite les autres scientifiques à en faire autant. S’il avait été suivi par ses collègues à cet instant, jamais la bombe atomique n’aurait pu être mise au point en 1945 ! C’est la prise de conscience tardive, après Hiroshima, qui implique la responsabilité éthique des scientifiques.

On ne quitte pas d’un simple claquement de doigts un tel projet: Rotblat va être immédiatement accusé d’espionnage au profit de l’URSS, et bien sur de subversion communiste. On monte à la hâte un complot imaginaire, en prenant prétexte d’un voyage en Pologne pour essayer de retrouver les siens, et quoi que citoyen britannique, il est interdit de séjour aux USA  jusqu’en  1964.

LES ETAPES DE SON COMBAT POUR L’ERADICATION DES ARMES NUCLÉAIRES.

Soucieux de réaliser un vaste mouvement mondial pour hâter la prise de conscience des scientifiques, il va être un des artisans du fameux “manifeste RUSSELL-EINSTEIN” du 9 juillet 1955, proclamé à Londres.
Il s’agit d’abord d’un plaidoyer pour un désarmement nucléaire total compte tenu du danger d’extinction de la race humaine, mais aussi un appel pour abolir toutes les guerres. La résolution finale proposée aux scientifiques et à l’opinion publique est la suivante :

“Eu égard à la possibilité d’une future guerre mondiale (NDLR; nous sommes en pleine guerre froide), les armes nucléaires seront certainement utilisées, ce qui menacera l’existence de l’humanité, Nous recommandons aux gouvernements du monde de déclarer publiquement que leur objectif n’est pas la préparation de la troisième guerre mondiale. Nous exigeons des gouvernements la recherche de solutions pacifiques dans la résolution des conflits entrent les pays”.

Avec Rotblat, Einstein et Russell, Max Born, Linus Pauling, Frédéric Joliot-Curie et Hideki Yukawa, sont parmi les signataires. Ce manifeste, malgré le tir de barrage des 2 superpuissances, aura un grand retentissement.

La deuxième étape est une conséquence logique de cet appel, c’est à dire la création d’une organisation mondiale de scientifiques pour lui donner suite. Une réunion va se tenir au Canada en 1957, dans un petit village de la nouvelle Écosse appelé PUGWASH. Il y avait 7 américains, 3 soviétiques et 3 japonais, 2 britanniques et 2 canadiens, un australien, un chinois, un français et un polonais. Il y a eu depuis 275 conférences Pugwash avec plus de 10 000 participants, sur le même modèle. Rotblat va être le président des conférences Pugwash et il va en faire la référence majeure intercontinentale pour toute expertise sur les armes atomiques.

LA METHODE ROTBLAT POUR L’ABOLITION DES ARMES NUCLÉAIRES.

Horrifié par le désastre d’Hiroshima et Nagasaki, son appel pour un moratoire sur les recherches atomique n’est pas suivi d’effets. Il va en tirer les leçons et mettre toute son énergie et toute sa capacité scientifique dans la recherche pour la paix. Tout en appelant l’opinion publique la plus large a agir contre la mise en danger de la planète, il va jouer un rôle majeur dans son domaine et organiser ses collègues, y compris les médecins, pour être des “experts de la paix”.

Par exemple, il va démontrer scientifiquement que les retombées radioactives des essais s’effectuent bien au-delà des zones de test. Il va attacher son nom à la démonstration des retombées de strontium 90, un émetteur béta qui se fixe sur les os et induit des ostéosarcomes. Par exemple, c’est à NEW YORK qu’il démontre un pic de radioactivité du strontium 90, comme d’autres vont le démontrer pour le césium 137 au Danemark (figures jointes). C’est en s’appuyant sur ces travaux que les USA et l’URSS signeront le premier traité d’interdiction des essais atmosphériques. Il est aussi à l’origine des premiers travaux en radiobiologie concernant l’effet des rayonnements ionisants sur la fertilité humaine et sur le vieillissement.

Son action ne se limite pas à l’animation du mouvement Pugwash, il va être aussi la cheville ouvrière du combat pour libérer MORDECHAI VANUNU, enlevé puis incarcéré au secret pour avoir révélé l’existence de la bombe nucléaire d’Israël.  Il reste proche des biologistes en dirigeant le “Journal Physics in Medicine and Biology”, il va collaborer avec l’OMS en particulier pour le rapport sur guerre nucléaire et santé, il va aussi fonder le fameux “Stockholm International Peace Research Institute”.

Bernard LOWN et Evgeni Chazov ont eu tout de suite ROTBLAT à leur coté pour fonder notre IPPNW, pas un congrès, pas une manifestation d’envergure n’ont eu lieu sans les interventions brillantes et de haute tenue scientifique de JOSEPH ROTBLAT.
medal_peace2 C’est donc logiquement qu’après avoir reçu le prix “ALBERT EINSTEIN” en 1992, il reçoit le prix Nobel de la paix en 1995. C’est à cette occasion qu’il va lancer le cri célèbre de puis Oslo: “Au dessus de tout, rappelez vous votre humanité”.

Jusqu’à son dernier souffle il a continue le combat avec une mobilisation spécifique contre la notion de guerre préventive de Georges Bush.

rotblat-sympPermettez-moi in fine d’évoquer un souvenir personnel. C’est à Londres que MEDACT, notre association sœur britannique, a organisé son quatre vingt dixième anniversaire. L’heure était à la fête et j’ai participé à l’extinction des flammes des bougies. Joseph Rotblat s’est alors redressé, pour tenir un vibrant appel à l’espérance: car même si l’avenir immédiat s’assombrissait, un jour viendrait inéluctablement où la priorité redeviendrait, y compris pour les USA, un monde sans armes atomiques, un jour où le monde serait enfin délivré du cauchemar nucléaire.
JOSEPH ROTBLAT nous a quitté le 31 août 2005.

Laisser un commentaire

Nuage
Evènements à venir

  • 14.09. - 30.12.2016 |
    Spectacle “A-DEMOCRATIE” de et par NICOLAS LAMBERT
    » En savoir plus «

  • 09.12. - 10.12.2016 | Londres
    Santé et Justice
    » En savoir plus «