Le cauchemar nucléaire de Jadugoda (Extraits)

Avril 2007 Revue MGN, n°1, vol. 22

Par Sunita Dubey

Les gens qui s’extasient sur l’accord US – Inde sur  une coopération nucléaire civile  vivent dans un autre monde que celui de Jadugoda, village du Jharkhand où se trouve une mine d’uranium en Inde. C’est là que ces  malheureux villageois continuent à payer un prix terrible en termes de toxicité pour la santé après avoir été les agneaux sacrifiés d’une politique gouvernementale chauvine.
Ironiquement le nom Jadugoda signifie littéralement une « terre magique ». Située dans la zone de Potka et Mosabani, à l’Est Singhbhum du district de Jharkhand, Jadugoda est à 25 km de Jamshedpur….
…Des milliers de litres de déchets radioactifs se sont déversés dans une rivière du fait d’une rupture de canalisation à l’entreprise minière d’uranium (UCIL) de Jadugoda. Il n’y a pas eu d’informations dans la presse et la direction de l’entreprise n’a pris connaissance de l’accident qu’après avoir été alertée par les villageois locaux….
… Les déchets toxiques se sont déversés dans la rivière pendant neuf heures avant que le flux radioactif ne soit arrété. En conséquence, une couche épaisse de déchets à la surface de l’eau a tué des quantités de poissons, de grenouilles et autres riverains. Les déchets ont atteint une rivière qui se jette dans la rivière Subarnarekha, contaminant ainsi les ressources en eau de populations vivant à des centaines de kilomètres de la fuite. Ce n’est pas le premier accident de ce genre. En 1986, un barrage avait cédé et une eau radioactive avait coulé directement dans les villages.
Un désastre semblable a eu lieu en 1979 aux USA à Church Rock, N.M., et avait atteint beaucoup de gens ainsi que  leur environnement pendant des années. Plus de 18 mois après l’accident il y avait de fortes indications faisant état de la pénétration de déchets radioactifs et d’autres polluants dans la terre à trente pieds. Le rapport d’une firme basée à Cincinnnati, consultée par l’EPA, comme consultant a averti qu’au moins deux nappes d’eau avait pu être atteintes.
…D’après Don Hancock du Centre de Recherche et d’Information du Sud-Ouest à New Mexico, le nettoyage et l’assainissement de Jadugoda va dépendre des conditions locales et devrait être surveillé très attentivement…. Les communautés en aval devraient être averties de ne pas utiliser l’eau avant qu’elles n’aient été reconnues propres. Cela devrait prendre plusieurs mois.
…Jusqu’aux années 90 les réservoirs de déchets (où l’eau est conservée pour être évaporée) était au voisinage très proche des terrains de jeux des enfants…Les niveaux de radiations et les maladies induites n’ont jamais été révélés par l’UCIL, même si la population avait souffert pendant des années des dégradations environnementales causées par les opérations minières et de la fréquence élevée des maladies dues aux radiations. Même, bien que la loi concernant l’énergie atomique interdit les habitations situées à moins de cinq kilomètres d’un site de déchets, et bien que Jadugoda était en opération depuis trente ans, sept villages se trouvent à un kilomètre et demi de la zone de danger, et l’un d’entre eux commence à 40 mètres d’elle…
…L’Inde est le premier pays asiatique ayant développé un programme nucléaire, et la Commission de l’Énergie Atomique a été créée en 1948, un an après l’Indépendance, suivie par le Département de l’Énergie Atomique en Août 1954. Le programme nucléaire indien a été accéléré par les USA et le Canada en 1969, sous le prétexte de recherches, mais, avec la même technologie l’Inde a fait exploser sa première bombe au plutonium en 1974. Cela montre que sous la façade d’un programme nucléaire civil et de recherche, le programme se transforme à n’importe quel moment en programme militaire.
…La lutte continue. Bien que quelques efforts de nettoyage ont été fait par l’UCIL, les villageois n’ont pas d’alternative pour échapper au danger…Ils ne peuvent avoir accès à de l’eau saine car la rivière est leur seule source de boisson….En Décembre 2006 les populations indigènes du monde, victimes des mines d’uranium, des tests et des déchets nucléaires, ont rencontré la Nation Navajo au Sommet Mondial des Indigènes victimes de l’Uranium, et ont appelé à l’arrêt de l’extraction d’uranium sur des terres indigènes. Les représentants de Jadugoda ont témoigné du nombre alarmants de morts nés ou d’enfants malformés, du taux élevé de cancers autour des mines d’uranium.

Laisser un commentaire

Nuage
Evènements à venir

  • 14.09. - 30.12.2016 |
    Spectacle “A-DEMOCRATIE” de et par NICOLAS LAMBERT
    » En savoir plus «