LE CHAMP DE TIR DE BOURGES ET L’URANIUM APPAUVRI

Compte rendu de la réunion du 5/11/2010, à Bourges.

Le silence et le mur du secret défense des responsables du champ de tir manifestement exaspèrent les habitants qui réclame la vérité sur la pollution de l’environnement.


La salle du conseil général du Cher était comble pour écouter les différents
points de vue sur les armes anti-char avec une flèche en uranium appauvri.
Outre le mouvement de la paix à l’origine de cette initiative il y avait des
représentants mandatés du conseil général, les maires des communes
concernées, et la population berrichonne.
Le problème est le suivant : pendant des décennies,avant de transférer les
tirs d’obus à uranium appauvri (UA) en zone confinée, de nombreuses flèches
ont été perdues dans le champs de tir qui est en fait un champs cultivé tout
court, sans inventaire satisfaisant et sans étude d’impact de l’oxyde
d’uranium en partie soluble et susceptible de migrer dans la nappe
phréatique.Apres avoir entendu les différentes opinions dont celle de
l’AMFPGN sur la double toxicité de l’Uranium appauvri, après  avoir évoqué
la guerre du golfe, du Kosovo, mais aussi la dramatique situation des
Touaregs du Niger vivant dans les mines d’AREVA,la question principale fût,
QUE FAIRE?

Le silence et le mur du secret défense des responsables du champs
de tir manifestement exaspèrent les habitants qui réclame la vérité sur la
pollution de l’environnement.
Nous avons suggéré une étude indépendante d’un laboratoire extérieur après
une enquête approfondie sur le régime des eaux de la zone et sur la
situation et le type de nappe phréatique concernées. La population de
Bourges en a le droit.

A BEHAR MD PHD
Past IPPNW co-president
Président de l’AMFPGN

Laisser un commentaire

Nuage
Evènements à venir

  • 14.09. - 30.12.2016 |
    Spectacle “A-DEMOCRATIE” de et par NICOLAS LAMBERT
    » En savoir plus «