SANTE, ARMES NUCLEAIRES ET REACTEURS NUCLEAIRES CIVILS

COMPTE RENDU DE LA CONFERENCE-DEBAT à Lille le 12 Mars 2015 (Maison des associations, MRS)

Le sujet était le suivant : « LES ARMES ATOMIQUES COMME LES REACTEURS NUCLEAIRES CIVILS MENACENT LA SANTE DES POPULATIONS », présenté par A. BEHAR, sous la présidence du Prof A. COSSON.

Le choix spécifique de ces menaces croisées a porté sur une conséquence commune aux accidents militaires  (y compris les essais atomiques) et civils : La création de vastes zones de radio contamination chronique pendant des décennies avec des populations constamment soumises à une coexistence avec la radioactivité.

Que ce soit après un accident atomique militaire comme en Sibérie, ou après les tests nucléaires dans l’atmosphère comme à SEMIPALATINSK au Kazakhstan, les premières zones de ce type sont apparues… il y a près de 70 ans, et persistent encore aujourd’hui.

La majorité des enquêtes sanitaires comme la majorité des données de santé publique portent sur ces zones, avec par exemple 1 million et demi d’habitants autour du polygone de Semipalatinsk. La coexistence de près de 4 générations avec les radionucléides ne va pas sans dommages : Outre l’excès de maladies radio induites connues (leucémies, cancers, etc..) il faut noter aussi une plus forte morbidité des maladies cardiovasculaires, et d’alopécies. Mais le plus intéressant reste l’augmentation significative d’une mutation de l’ADN particulière portant sur les mini-satellites, démontrée en particulier par Mme DUBROVA, et publié dans SCIENCE.

-C’est à la lumière de cette connaissance d’une santé publique particulière pour ces zones que l’on peut apprécier la situation médicale des zones identiques mais crées après des accidents nucléaires civils comme Tchernobyl ou FUKUSHIMA.

Une grande différence ? (Peut être uniquement apparente par défaut d’investigation dans les zones militaires) : les cancers de la thyroïde de la première et deuxième enfance rares dans la population, mais avec une prévalence forte autour de Tchernobyl.

Quid de notre pays ? Le PPI officialisé en février 2014 prévoit la possibilité de création de telles zones en France à la suite d’accidents prévisibles de notre arsenal civil ou militaire. L’exemple proposé fût celui de DUNKERQUE et d’un possible accident de la centrale nucléaire de Gravelines située en pleine zone industrielle, et à 15 Km du centre ville.

LE DEBAT : Nos étions 22 participants, et la discussion fût vive et passionnante :

Les interrogations ont très vite portées sur la gestion post accidentelle nucléaire dans le NORD, avec beaucoup de curiosité pour l’exercice des soins en zones contaminées. Des vétérans des essais nucléaires ont porté témoignage de maladies radio induites et un juriste a proposé une remise à plat des juridictions actuelles eu égard à la prise en charge de cette nouvelle situation possible pour les populations qui seraient déplacées ou confinées. Une discussion est née sur la mission de l’AMFPGN, qui reste axée sur LA PREVENTION de la guerre nucléaire. Dans la réalité de notre action, et parce que nous restons uniquement sur le terrain de la santé, de fait nous agissons surtout contre la menace atomique globale, et sur les conséquences humanitaires actuelles et prévisibles. Dans une brillante intervention notre consoeur la Dr Cécile Guitard, a rappelé que le mot clef de notre mission : LA PREVENTION est aussi le moteur principal de toute action de santé publique et qu’elle n’est possible que si on y associe étroitement la population.

En conclusion, la reconnaissance officielle d’un possible accident avec en conséquence la création d’une zone radio contaminée en France n’enlève rien à notre mission mais rajoute un devoir supplémentaire, celui d’informer et de former les agents de santé pour faire face en connaissance de cause à la gestion post accidentelle nucléaire. Cela ne nous dispense pas de continuer à expliquer les conséquences humanitaires de la menace atomique et à combattre pour l’élimination totale des armes nucléaires.

Laisser un commentaire

Nuage
Evènements à venir

  • 14.09. - 30.12.2016 |
    Spectacle “A-DEMOCRATIE” de et par NICOLAS LAMBERT
    » En savoir plus «